Histoire porno Deux femmes chaudes et ivres dans un jacuzzi avec moi

voir ces deux belles femmes nues

Tout a commencé de façon assez innocente. C’était le week-end du 14 juillet et les parents de ma copine n’étaient pas en ville, et notre amie, Lucie, allait passer du temps avec nous. Son petit ami n’était pas non plus en ville. Enfin, pour être plus précis, il était hors du pays. Il passait un semestre à l’étranger en Irlande et, d’après ce que Lucie a entendu, il étudiait plus que la culture. Lucie et Rick étaient ensemble depuis qu’ils étaient adolescents. Ils se sont rencontrés au lycée et à l’âge de quatorze ans, ils sortaient ensemble, et ce depuis lors. Ils étaient allumés et éteints, mais généralement allumés. Ils se disputaient à l’occasion et se séparaient brièvement, mais ils étaient ensemble la plupart du temps. On pouvait dire en parlant à Lucie que, pour une raison quelconque, elle aimait vraiment Rick, même si parfois il semblait ne pas vraiment se soucier de savoir si elle était là ou non. Ce n’était pas qu’il était cruel, ou méchant avec elle, ou violent, il n’était tout simplement pas très intéressé par moments. Lucie a donc appris qu’il avait fricoté avec une Irlandaise. Le problème, c’est qu’ils s’étaient mis d’accord pour être libres de voir d’autres personnes pendant que Rick était absent pendant une si longue période. Mais tu sais aussi que les femmes ne le pensent jamais. Lucie n’était pas tant blessée qu’énervée.

Blandine et moi avions donc invité Lucie à passer le week-end avec nous. Comme c’était un week-end férié, peu de nos amis restaient dans la région, et Blandine ne voulait pas que Lucie reste seule dans son appartement sans rien faire tout en ruminant sur Rick. Nous sommes tous allés à l’université ensemble, et les parents de Blandine avaient une maison dans la banlieue. C’était à environ quarante-cinq minutes de l’école, et bien qu’elle soit assez proche de la ville, elle se trouvait sur environ 5000 mètres carrés, et était très isolée. C’était une ancienne ferme (bien qu’elle ne soit plus utilisée comme ferme) et c’était l’endroit idéal pour que quelques amis puissent boire un peu pendant le week-end.

Vers midi le samedi, nous avons retrouvé Lucie à son appartement pour passer la journée ensemble. Nous avons décidé de faire d’abord le truc touristique puisque, même si nous sommes toutes allées à l’école là-bas, nous avons rarement profité de la ville. Nous avons choisi une rue piétonne pleine de boutiques, de bars et de restaurants qui s’adresse à une foule jeune et collagène. C’est devenu un peu plus collant et ennuyeux ces derniers temps, mais il y a plusieurs années, à l’époque où nous avons eu lieu, c’était un endroit amusant pour passer un après-midi. Il y avait les magasins d’affiches de collège requis, et des magasins de “tabac” avec des pipes pour “tabac” et certainement pas de substances illégales.

Nous nous sommes donc promenés, avons déjeuné et nous sommes arrêtés dans un autre des magasins sex-shop. Blandine, Lucie et moi avions été assez ouverts pour parler de sexe, et en plaisanter par le passé, en parlant de notre vie sexuelle et de celle de Rick et Lucie. Ce n’était donc un choc pour aucune d’entre nous lorsque Lucie a demandé à Blandine : “Alors, hum, as-tu un vibromasseur?”. Blandine a répondu : “Oui, et j’adore ça.” Elles ont toutes les deux rougi un peu en en parlant. Lucie a alors dit : “Penses-tu que tu pourrais m’aider à en choisir un ?”. Je dois admettre que, même aussi tôt, les roues tournaient. J’étais vraiment intrigué par tout cela, et j’ai toujours eu un faible pour Lucie. Et le fait qu’elle parle d’acheter un vibromasseur m’a, sans que cela soit choquant, un peu excité.

J’ai essayé de rester à l’écart pendant que les jeunes femmes parlaient de choisir un nouveau sextoy sympa. Elles étaient très pragmatiques à ce sujet et si j’avais pu chasser de mon esprit l’idée de Lucie, dans son appartement, tard dans la nuit, en train de plonger un vibromasseur dans son corps, j’aurais même pu rire de la situation. Finalement, les deux amies se sont mises d’accord sur un modèle très similaire à celui de Blandine et qui semblait vibrer bien fort pour que Lucie puisse vraiment prendre son pied. En les entendant discuter de cela, il était presque impossible de rester debout à ce stade, mais j’ai persévéré. Donc, l’achat effectué, nous sommes sortis et sommes retournés à la voiture. Il commençait à être un peu tard et nous voulions acheter de l’alcool sur le chemin du retour pour commencer la quête de la soirée pour se faire baiser le plus possible pendant le week-end de vacances.

Sur le chemin du retour, la discussion était assez innocente, juste des conneries normales entre amis. Nous sommes arrivés dans la zone proche de la maison des parents de Blandine et nous sommes allés au magasin d’État pour acheter une quantité suffisante d’alcool afin de ne pas avoir à sortir à nouveau pour la nuit. Le problème, c’est qu’en tant qu’étudiant, lorsque tu atteins enfin l’âge, il est difficile de s’adapter au fait de pouvoir acheter de l’alcool légalement. Les premières fois, tu penses toujours que tu dois faire des réserves parce que l’occasion pourrait ne plus se représenter. Donc, au moment où tout a été dit et fait, nous avions à peu près assez d’alcool pour 8 personnes. Rhum, vodka, mixers, et même un peu de tequila. Nous étions prêts. Environ quinze minutes plus tard, nous sommes arrivés à la maison des parents de Blandine. Maintenant, à ce stade, je pense que je devrais décrire cet endroit. C’était incroyable. C’était une vieille ferme, comme je l’ai déjà dit, mais la propriété elle-même était impressionnante. Il y avait l’ancienne ferme (début des années 1800) qui avait été entièrement rénovée et dans laquelle la famille vivait. Une maison magnifique, et je suis sûre qu’elle vaut une fortune. Il y avait un étang juste à côté de la maison. Une grande grange n’était pas très loin de la maison. La moitié de la grange avait été transformée en une belle grande pièce avec une cuisine et une salle de bain complètes. La pièce était immense, parfaite pour les rassemblements et parfaite pour simplement traîner. Juste après la grange se trouvait une piscine et un jacuzzi. La piscine n’était pas énorme, mais elle était certainement assez grande, et le jacuzzi extérieur creusé était juste à côté.

Nous avons donc emmené tout l’alcool dans la pièce de la grange (c’est une belle pièce, pas comme on s’attendrait d’une pièce dans une grange) puisqu’il y avait une cuisine complète et de la glace, et tout. Nous avons préparé un énorme et très fort pichet de margaritas. Pendant ce temps, nous nous étions tous changés en maillots de bain. Rien de trop révélateur pour les filles, malheureusement, mais elles étaient toutes les deux très belles dans leurs monopièces.

Lucie a de longs cheveux bruns. Elle n’a pas le corps d’un mannequin, mais elle a des courbes incroyables. J’ai toujours aimé les femmes qui étaient un peu plus pleines que ta meuf de piste “parfaite”. Et Lucie a su remplir son maillot de bain de toutes les bonnes façons. Elle avait de merveilleux seins, sur lesquels je dois avouer que j’ai fantasmé plus d’une fois, qui faisaient environ 95D. Malgré leur taille, ils semblaient étonnamment guillerets.

Blandine est légèrement plus grande que Lucie, et beaucoup plus blonde. Elle a d’incroyables longs cheveux blonds qui sont la première chose qui attire ton regard… si tu peux arrêter de regarder ses incroyables seins. Si Lucie a peut-être des seins fantastiques, ceux de Blandine étaient tout simplement irréels. Ils faisaient un 105D, au moins. Vifs et fermes. J’étais peut-être partiale car c’était le seul ensemble des deux que j’avais réellement expérimenté de première main.

Donc, avec moi dans mon maillot de bain et les nanas dans le leur, nous avons pris chacune une margarita forte en main, le pichet en remorque, et nous nous sommes dirigées vers le jacuzzi. La nuit commençait tout juste à tomber, les étoiles apparaissaient et il y avait un peu de fraîcheur dans l’air, juste un peu, malgré le mois de mai. Le jacuzzi était déjà… eh bien… chaud. Comme nous nous y attendions. Et nous nous sommes tous glissés dedans ensemble. La baignoire était vraiment grande, donc nous étions tous essentiellement de part et d’autre de la baignoire, à nous détendre et à boire. Nous avons parlé de l’école, de personnes que nous connaissions tous, et nous avons passé un bon moment à raconter des conneries et à discuter de choses de notre vie. Au fur et à mesure que le temps passait, je suis retourné chercher d’autres margaritas et d’autres boissons, et nous sommes devenus de plus en plus gourmands. En fait, j’y allais assez doucement avec les boissons, mais les gonzesses étaient pratiquement ivres à ce moment-là. J’aimerais dire que ce n’était pas mon plan et que c’est arrivé par accident, mais je sais que quelque part, au fond de mon esprit, j’espérais que cela arrive.

Comme je l’ai dit, l’atmosphère était plutôt détendue, amusante et ludique, et nous nous amusions tous. J’ai décidé, étant un peu gaffeuse et blagueuse, de voir ce que cela faisait de sauter directement dans la piscine froide après avoir été dans le jacuzzi. J’ai essayé de convaincre les nanas de le faire aussi, mais elles étaient plutôt contentes d’être dans la chaleur du bain. Oh, et l’idée de la piscine… pas une bonne idée. Il faisait VRAIMENT froid.

Alors, étant un homme, et un homme excité de surcroît, je commence à réfléchir à des moyens de profiter du fait qu’il y a deux femmes chaudes et ivres dans un jacuzzi avec moi. Je veux dire, vraiment, je me disais : “C’est comme le début d’une histoire porno”. J’espérais aussi pouvoir en faire la fin d’une belle histoire de cul. Mais, pour être honnête, étant un étudiant excité, j’aurais juste été heureux de voir Lucie les seins nus, alors les roues ont commencé à tourner. Les femmes étaient ivres, et elles pensaient que je l’étais aussi, alors je savais que j’avais la défense “Oh, désolé, je suis juste un ivrogne maladroit” intégrée à tout ce qui pouvait arriver. Et je savais aussi que je ne pouvais pas faire ça tant de fois avant que certaines personnes (Blandine) ne s’énervent.

Nous plaisantions sur l’emplacement des jets et sur le fait que s’asseoir au-dessus d’eux était une expérience plutôt “agréable”. C’était un développement agréable car, même si c’était assez innocent, c’était tout de même sexuel. Parfois, même si elles “plaisantaient”, les meufs laissaient manifestement les jets caresser leurs chattes couvertes uniquement par un maillot de bain. Cela les excitait, même si tout cela était fait en s’amusant. Et je dois admettre qu’un jet bien placé n’était pas trop mal du tout. J’ai donc décidé d’essayer de faire monter les choses d’un cran, tout en essayant de rester assez innocent, quand même. En construisant lentement jusqu’à tout ce qui pourrait arriver.

Alors j’ai dit : “Eh bien, avec toutes ces bulles, j’ai un avantage sur vous les filles, je peux vraiment profiter des jets !”. Avec cela, j’ai tendu la main sous l’eau et retiré mon slip, la posant sur le pont. La réaction était exactement celle que j’espérais. Elles ont toutes les deux ri et aucune n’a été offensée. Bien sûr, ni l’une ni l’autre ne pouvait voir sous les bulles qu’à ce moment-là mon érection grandissait déjà, en imaginant ces deux dames en train d’enlever leur maillot de bain dans le jacuzzi. Je leur disais à quel point c’était agréable sans costume, mais sans insister, quand finalement, Blandine a dit : “Oui, c’est vraiment si agréable ?”. Bien sûr, j’ai répondu : “Oui, c’est agréable d’être au milieu de nulle part dans la baignoire sans avoir à porter de sous vêtements.” Alors Blandine a enlevé le sien. Ses énormes seins étaient visibles, ont recouverts d’eau, avec les bulles qui dansaient sur eux, ses tétons sortant à peine de l’eau. Elle a jeté sa combinaison sur le pont et s’est installée sur un jet, ne plaisantant plus autant. Elle parlait et riait encore, mais sa voix s’est tue quelques fois lorsque le jet l’a frappée juste comme il faut.

Sur le même sujet  Une femme abuse d'un homme pendant son sommeil

Lucie a dit : “Si ça ne vous dérange pas, je ne veux pas me sentir exclue.” Je savais ce qu’elle voulait dire. Elle hésitait un peu à enlever son monokini devant moi. Pas parce que j’étais là. Mais parce que Blandine était juste là. Je pense qu’elle était un peu mal à l’aise de se déshabiller avec le petit ami d’une fille juste là, comme si cela pouvait être importun. Blandine a pris la parole : “Il était temps !” J’étais un peu choquée. Ce n’est pas que j’étais surpris que Blandine soit d’accord avec l’idée, juste que je ne m’attendais pas à ce qu’elle soit enthousiaste à ce sujet. Blandine a donc retiré son maillot de bain, presque lentement. Quoi qu’il en soit, j’en ai profité à fond.

Ses seins étaient un peu plus volumineux que ce à quoi je m’attendais, et presque parfaits. Ils étaient fermes, avec de magnifiques petits mamelons bruns qui étaient déjà durs, et le devenaient encore plus dans l’air frais. Je profitais manifestement du spectacle, quand j’ai été sorti de mes pensées par les filles qui ricanaient.

“Je suis peut-être ivre, mais je peux quand même dire que tu aimes le spectacle”. A gloussé Blandine. C’était un excellent moyen de briser la tension, car, non seulement elle reconnaissait que je regardais les magnifiques seins de Lucie, mais elle était d’accord avec ça. “Mais”, a dit Blandine, “Ces boissons ne vont pas se remplir toutes seules”. À ce moment-là, j’ai réalisé que le pichet de la dernière concoction glacée était vide, et que c’était à mon tour d’aller le remplir. “Ok” ai-je répondu à contrecœur. J’ai tendu la main vers mon slip, et j’ai été accueillie par un chœur.

“Oh non”. A dit Blandine.

“Aucune chance !” a dit Lucie en se moquant.

J’ai ri et j’ai dit : “Quoi, je n’ai pas le droit de remettre mon slip ?”. Elles n’ont même pas eu besoin de répondre. C’était un autre développement formidable, apparemment, la nudité était maintenant obligatoire. Ça ne me dérangeait pas d’être nu devant l’une ou l’autre (ça ne me dérangeait évidemment pas devant Blandine), mais j’étais un peu gêné, car voir ces deux belles femmes nues avait un, hum, “effet” sur moi qu’elles verraient bientôt si je sortais du jacuzzi. “Eh bien, hum, les filles… alors laissez-moi attendre quelques minutes”. Elles savaient toutes les deux pourquoi.

“Pas question, j’ai soif !” demanda Blandine en plaisantant.

“Ouais, moi aussi.” ajouta Lucie.

“Eh bien, si vous pensez que vous pouvez le supporter, les filles…” Sur ce, je suis sorti du jacuzzi avec ma queue presque complètement dure exposée à toutes les deux. Pour être honnête, au lieu d’être gêné et de me ratatiner, j’étais excité. Malgré l’air froid, je suis resté dur en sortant du bain. J’ai une bite de taille supérieure à la moyenne (mais bon, tous les mecs ne prétendent-ils pas cela ?). À environ 18cm, j’ai eu ma part de compliments, bien qu’elle ne soit certainement pas énorme. Mais je n’étais pas non plus gêné d’être vu.

“Wow, ok, ça m’a excité”. J’ai entendu Lucie chuchoter à Blandine alors que je m’éloignais. Je sais que ce n’était pas censé être entendu par moi, mais c’était de la musique à mes oreilles. Blandine n’avait pas non plus l’air contrariée par sa remarque.

Je suis allé dans la cuisine et j’ai préparé une bonne fournée de punch au rhum. Le truc, c’est que les filles étaient vraiment bourrées et je voulais les garder, mais je ne voulais pas risquer qu’elles soient tellement ivres qu’elles tombent malades ou s’évanouissent. C’est une ligne fine à franchir. Moi-même, je profitais d’un bon buzz et de quatre beaux seins.

J’espérais que lorsque je reviendrais de la cuisine avec les boissons, les filles seraient peut-être en train de s’embrasser ou quelque chose comme ça, ou de faire du 69 sur la terrasse. Bon sang, qu’est-ce que je peux dire, je suis un homme. Mais elles parlaient entre elles et passaient toujours un bon moment. Je leur ai donné un verre à chacune et me suis assis à côté de Blandine dans la baignoire. Je m’étais un peu “calmé” à ce moment-là, mais dès que j’ai touché l’eau et que j’ai revu ces deux belles dames nues, les choses ont commencé à se produire. Qu’est-ce que je peux dire, je suis un homme. Nous étions en train de discuter et de jouer quand j’ai senti la main de Blandine, sous l’eau, se frotter sur la tête de ma queue. J’ai gardé mon calme, mais à peine. Avec l’atmosphère aussi sexuellement chargée qu’elle l’était, je voulais tellement me libérer que c’était presque suffisant. Pas tout à fait, mais comme elle a commencé à caresser ma queue tout doucement pour ne pas se faire remarquer, il est devenu de plus en plus difficile de ne pas réagir.

Juste au moment où je commençais vraiment à aimer cette situation, un téléphone a sonné. Merde, qui vient déranger cette scène parfaite, ai-je pensé. Puis, les choses sont devenues intéressantes. “Merde, c’est mon téléphone”. a dit Lucie. C’était son portable, qui se trouvait dans le sac qu’elle avait apporté à la piscine et au jacuzzi. Il se faisait un peu tard dans la nuit, alors elle était un peu inquiète de savoir qui pouvait l’appeler, et se demandait pourquoi ils appelaient. Elle a donc commencé à se diriger vers les marches. Lentement, elle est sortie de l’eau chaude et s’est dirigée vers son téléphone. Je pouvais voir chacune de ses magnifiques courbes. Et plus important encore, sa chatte rasée sexy. Maintenant, j’ai toujours préféré une fille complètement rasée. Quelque chose à ce sujet est juste si coquin. En plus, j’adore descendre sur une femme. Comme, je veux dire, j’ADORE ça. Et quand une femme est complètement nue, c’est une expérience tellement plus incroyable.

Comme Lucie était distraite, la prise de Blandine sur ma queue et sa caresse sont devenues plus évidentes, et plus intentionnelles. J’avais besoin d’elle. Elle a chuchoté : “J’ai besoin de toi en moi, maintenant !”. “Mais qu’en est-il de Lucie ?” J’ai demandé. “Juste très vite, bébé, s’il te plaît ?” Elle a demandé. Maintenant, Blandine était toujours amusante au lit, mais c’était la première fois que je voyais du désespoir sur son visage. Elle s’est levée du banc et s’est retrouvée au milieu du jacuzzi. Je suis arrivé derrière elle, tandis que Lucie était toujours hors de vue, en train de parler au téléphone. “Maintenant, s’il te plaît !” Elle m’a supplié. J’ai poussé ma queue contre les lèvres de sa chatte par derrière. Si tu as déjà essayé de faire l’amour dans un jacuzzi ou une piscine, tu sais que l’eau joue contre toi. Mais elle a exigé que je sois en elle. J’ai poussé plus fort. Elle s’est déhanchée en arrière et a poussé contre moi. Finalement, ma queue a glissé entre les lèvres de sa chatte et est entrée en elle. Elle était incroyablement mouillée, même si l’eau du jacuzzi en enlevait une partie. Je l’ai fait entrer et sortir environ 5 fois pendant qu’elle restait là, à gémir doucement, jusqu’à ce que nous entendions Lucie dire au revoir à la personne qui était au téléphone. Je me suis rapidement retiré et nous nous sommes assis, en essayant de faire comme si de rien n’était.

“Que faisiez-vous tous les deux ?” Lucie a demandé, d’un air enjoué, alors qu’elle tournait le coin vers le jacuzzi ?

“Rien vraiment, je parlais juste.” Blandine a dit, en essayant de couvrir le fait qu’elle était très excitée.

“Ouais, c’est ça… juste parler.” a dit Lucie, avec une petite lueur dans l’œil.

L’atmosphère avait un peu changé maintenant. Oui, les filles étaient toujours ivres, et oui, j’étais toujours bourrée, mais les choses étaient un peu plus chargées sexuellement maintenant. Blandine, normalement une fille conservatrice, était nue dans un jacuzzi avec moi et une de ses meilleures amies, et venait de me supplier de la baiser alors que son amie était juste au coin de la rue. Lucie savait que quelque chose s’était passé, je pense qu’elle le voyait à la luxure dans les yeux de Blandine, non pas que je sois beaucoup mieux. Je me demandais juste comment les choses allaient évoluer.

Eh bien, nous sommes tous restés dans la baignoire (oui, je sais que tu n’es pas censé passer autant de temps dans un jacuzzi, mais, quand il y a deux femmes chaudes et nues dans la baignoire avec toi, je pense que tu as un laissez-passer), et nous avons continué à parler, et la conversation est devenue plus enjouée, et finalement ouvertement sexuelle. Lucie a commencé à parler de Rick. Maintenant, nous savions que Lucie et Rick couchaient ensemble depuis probablement cinq ans, mais ce que nous ne savions pas était choquant.

“Je n’ai jamais eu d’orgasme. Jamais avec Rick en tout cas.” a dit Lucie.

“Sérieusement, jamais ?” Demande Blandine.

“Ouaip. Jamais.” Lucie a poursuivi : “Parfois, j’arrive à me faire jouir après avoir baisé, mais il n’a jamais réussi à me donner un orgasme, pourquoi crois-tu que je voulais le vibromasseur ?”

“Wow, ça me choque. Je veux dire, je ne pense pas qu’une fille jouisse à chaque fois, mais au moins moi, je le fais la plupart du temps.” lui dit Blandine. “Et quand je ne jouis pas en baisant, au moins sa langue est assez gentille pour m’aider.” Blandine a dit cela avec un sourire et un regard dans ma direction. Si l’eau avait été plus basse, je pense que mon érection aurait ressemblé à un périscope à ce moment-là, atteignant son chemin hors de l’eau. Mais j’ai pu garder le contrôle de la quille et simplement écouter la conversation, appréciant la tournure que prenait la situation.

“Rick n’aime pas descendre sur moi. Il ne le fait que très rarement. dit Lucie.

“Wow, Mike adore me manger la chatte.” a répondu Blandine. Je ne sais pas ce qui était le plus choquant, le fait qu’elle partageait des détails sur sa vie sexuelle alors qu’elle était nue et juste à côté d’une autre femme, ou qu’elle venait d’utiliser l’expression “manger ma chatte”. Comme je l’ai dit, Blandine était très conservatrice en dehors de la chambre. Nous passions toujours de bons moments, mais il était rare qu’une discussion ouverte comme celle-ci ait lieu en dehors de la chambre, et encore moins avec une amie présente.

“Vraiment ?” Lucie a demandé, en me regardant.

“Oui, j’adore ça. Je ne sais pas pourquoi, mais il n’y a rien de mieux que ma langue entre ses jambes. Ça me fait bander rien que d’y penser.” J’ai dit à Lucie. J’ai remarqué les yeux de Blandine, la luxure était encore plus forte dans ses yeux maintenant.

“Wow, c’est vachement chaud” a dit Lucie en riant un peu, ce qui a brisé la tension. “Rick prétend qu’aucun homme ne l’aime vraiment à ce point.

“Il a tort”. J’ai dit.

“Eh bien, il dit que vous dites tous que vous aimez ça, mais que vous ne l’aimez pas vraiment.” Lucie a répondu.

“Je ne suis pas d’accord.” Avec cela, j’ai coulé sous l’eau. Je n’y avais pensé qu’une seconde, mais c’était mon coup, cela pouvait mener à quelque chose de vraiment chaud, et au moins, cela allait me conduire à baiser Blandine sous les étoiles. Je me suis déplacé vers la zone de Blandine dans la baignoire, sous l’eau pendant tout ce temps, et j’ai trouvé ses cuisses. N’ayant pas beaucoup de temps, étant incapable de respirer et tout, j’ai trouvé ses cuisses, écarté ses jambes et plongé ma langue directement dans sa chatte. J’ai senti son corps se tendre immédiatement, et je l’ai aussi goûtée, ce qui était presque suffisant pour me faire basculer. Je suis retourné dans ma zone de frottement et j’ai fait surface en me rasseyant sur mon siège.

Sur le même sujet  Epouse salope surprise en webcam par son mari

Blandine était complètement excitée, et j’étais presque sûr qu’elle se frottait la chatte sous l’eau, ou au moins qu’elle se poussait contre un jet. Il était également évident que Lucie savait exactement ce qui s’était passé, et qu’elle était vraiment excitée.

“Putain, c’était chaud. Mais maintenant je me sens exclue.” Elle a fait la moue.

“Tu n’as pas à te sentir exclue.” Lorsque j’ai entendu ces mots pour la première fois, j’ai pensé que c’était moi qui les avais prononcés. Ça ressemble au genre de pari qu’un mec prendrait devant sa copine quand il y a l’opportunité d’un plan à trois. Mais ensuite, j’ai réalisé que c’était Blandine qui l’avait dit.

“Qu’est-ce que tu veux dire ?” Lucie lui a demandé.

“Tu n’as pas à te sentir exclue. Tu peux aussi profiter de lui.” Blandine a répondu, complètement excitée à ce moment-là.

“Tu es sûre ?” A demandé Lucie.

“Définitivement.” Blandine a répondu.

Avec cela, Lucie s’est poussée hors de l’eau et s’est assise sur le côté du jacuzzi.

“Viens ici Mike.” Elle a dit.

Je n’ai pas eu besoin qu’on me le dise deux fois. J’ai traversé la baignoire en flottant jusqu’à l’endroit où elle était assise, les jambes légèrement écartées sur le côté. Sa chatte rasée était juste devant moi, ses lèvres s’ouvrant déjà pour moi à cause de la chaleur de l’eau de la baignoire et de la chaleur de son corps. J’ai écarté ses cuisses et j’ai plongé dedans. J’ai d’abord léché de haut en bas les côtés de ses lèvres, en la taquinant un peu. Puis j’ai léché toute la longueur de sa fente, absorbant son goût et sentant son corps frémir. Elle avait un si bon goût. Légèrement différente de Blandine, et j’en voulais plus. J’ai poussé ma langue au-delà de ses lèvres et en elle. Lucie tremblait presque à ce moment-là.

C’est alors que j’ai senti une main sur mon dos, et une autre glissant autour de mon front. C’était Blandine qui s’était glissée vers moi et déplaçait lentement sa main jusqu’à ce qu’elle soit autour de ma queue. J’ai tendu la main vers l’arrière et trouvé sa chatte avec ma main gauche. Comme elle était assise à côté de moi, j’ai pu doigter sa chatte serrée pendant que j’avais ma langue à l’intérieur de Lucie. C’était incroyable.

Lentement, j’ai commencé à baiser Lucie avec ma langue. Elle se débattait contre moi et tirait mes cheveux pour que ma langue s’enfonce de plus en plus profondément dans son corps. Blandine respirait difficilement tandis que mes doigts entraient et sortaient rapidement d’elle. Finalement, j’ai retiré ma langue de Lucie et je me suis concentré sur son clito. Son clito était légèrement plus grand et plus prononcé que celui de Blandine et elle était prête à ce que je le lèche. Pendant que je le taquinais avec ma langue, j’ai aussi fait glisser mes doigts hors de Blandine et j’ai commencé à taquiner son clito. Elle devenait folle, tout comme Lucie, dont le corps a commencé à trembler davantage. Elle a commencé à gémir à voix haute. Finalement, elle s’est tue et son corps a commencé à trembler de façon incontrôlable. Elle a saisi mes cheveux avec force et m’a tiré en elle. Avec un dernier tremblement, son corps est devenu presque mou.

Blandine avait arrêté de caresser ma queue et j’avais arrêté de la doigter car nous étions tellement absorbés par l’image de cette magnifique femme au clair de lune, son corps luisant et mouillé par l’eau, jouissant si fort et si vite. Nous étions tous les deux en transe.

“Oh mon Dieu, je viens de jouir si fort”. Lucie a dit en glissant à nouveau dans l’eau.

“C’était incroyable.” Blandine a dit. “Je pense que nous devrions emmener ça à l’intérieur.”

“Ouais, moi aussi.” Lucie et moi avons dit presque simultanément.

Lucie a été la première à sortir du jacuzzi et elle s’est dépêchée de rentrer à l’intérieur car la nuit était plus fraîche que d’habitude. Blandine et moi étions en train de rassembler nos affaires quand je me suis penchée vers elle et lui ai dit : “Tu es sûre que tu es d’accord avec ça ?”. Je voulais juste m’assurer que nous ne le regretterions pas en n’en parlant pas d’abord.

“Oui, je le veux vraiment en ce moment. Je suis définitivement d’accord avec ça. Un problème cependant, tu n’as pas de préservatifs.” dit-elle.

“Mais tu prends la pilule, nous ne les utilisons pas.” J’ai dit.

“C’est vrai, mais si tu veux baiser Lucie aussi fort que moi, tu ferais mieux d’aller en chercher.” Elle a répondu.

Je suis donc retourné à l’intérieur, et pendant que les filles nettoyaient les boissons dans le coin cuisine de la grange, je me suis séché et habillé. C’est vraiment difficile d’enfiler un jean avec une érection enragée à l’idée de ce qui est sur le point de se passer, mais j’ai réussi. J’ai attrapé mes clés, j’ai remercié ma bonne étoile d’être le plus sobre et je me suis dirigé vers la rue. Malgré l’intimité de la propriété, elle n’était pas loin d’une route principale et, donc, pas loin d’une supérette.

J’ai acheté les préservatifs, en désignant simplement un paquet qui se trouvait derrière le comptoir. Il s’est avéré qu’ils étaient nervurés. Et alors que je suis en train de les payer, le type derrière le comptoir me dit : “Hé, les femmes aiment vraiment ça ?”. Ok, je ne suis pas du genre à bavarder en général avec des inconnus, mais je ne suis définitivement pas du genre à bavarder dans un magasin à propos de mon achat de préservatifs. Je lui ai simplement jeté un regard, j’ai payé et je suis partie. En remontant dans la voiture, cependant, j’étais certaine que mon absence, aussi brève soit-elle, serait suffisante pour que les filles réfléchissent à ce qui se passait et décident que c’était une mauvaise idée. Je me suis préparée au fait que je reviendrais et que je les trouverais toutes emballées et prêtes à retourner en ville.

J’ai été agréablement surprise. Je suis retournée à la maison et les lumières de la grange étaient complètement éteintes. Il y avait cependant des lumières allumées dans la maison principale, et j’ai supposé qu’ils y étaient entrés. Avec des préservatifs en main, je me suis dirigé vers l’intérieur. Je les ai trouvés dans la chambre de l’étage en train de parler, toujours nus, mais pour les serviettes. Rien ne semblait avoir changé.

“Vous en avez mis du temps !” remarqua Lucie.

“Oui, sans blague, nous étions sur le point de commencer sans toi !”. Blandine a plaisanté.

“Cela n’aurait pas été une mauvaise chose” ai-je souri.

Je me suis assise sur le lit avec elles et j’ai embrassé Blandine. Elle était tellement excitée et lascive que sa serviette est tombée immédiatement. Je jouais avec ses beaux gros seins et l’embrassais profondément quand elle m’a repoussé un peu. Ce n’est pas qu’elle voulait que j’arrête. Elle ne voulait pas que Lucie soit mise à l’écart. Je me suis donc tourné vers la belle femme à ma gauche et j’ai commencé à l’embrasser aussi. Il n’y avait aucune réserve dans les baisers de Lucie. Je pouvais dire à quel point son corps était affamé par la ferveur avec laquelle sa langue cherchait la mienne. Sa serviette aussi est tombée.

“Hum, je pense que tu portes trop de vêtements”. dit Blandine.

Je n’avais pas besoin qu’on me le dise deux fois. J’ai immédiatement enlevé ma chemise et mon jean. Puis j’ai fait glisser mon caleçon et ma queue dure est sortie. Immédiatement, il y avait deux mains sur ma queue. C’était le paradis. La petite main de Lucie était à la base de ma queue et caressait lentement pendant que Blandine taquinait la tête. Finalement, elles se sont toutes les deux mises à genoux sur le sol, tandis que je m’asseyais sur le lit. Elles jouaient avec ma queue ensemble, et c’était presque trop dur à supporter. Après des heures passées nu dans le hottub avec elles, à lécher leurs chattes et à les doigter, j’avais enfin de l’attention. Et je pouvais à peine me contenir.

Lucie, presque dans un murmure, a dit à Blandine : “C’est bon si je le goûte ?”.

Blandine a répondu : “Chérie, tu peux faire ce que tu veux avec lui, nous allons tous nous amuser ce soir.”

Encore une fois, j’ai été étonnée de voir à quel point Blandine était libre. Je suis sûr que c’était plus que l’alcool qui parlait maintenant. Elle était vraiment excitée, et vraiment à fond.

Lentement, Lucie a pris ma queue dans sa main et a déplacé sa bouche dessus. Elle a léché la tête, ce qui à lui seul m’a presque fait jouir. Puis elle a commencé à la sucer, jouant avec la tête avec sa langue. Enfin, elle a plongé ma queue dans sa bouche et a commencé à descendre dessus aussi loin qu’elle le pouvait. Pendant qu’elle faisait ça, Blandine est revenue sur le lit et s’est assise presque à côté de moi. Elle s’est penchée en arrière et a posé une jambe sur le lit. Puis elle a commencé à jouer avec les lèvres de sa chatte avec sa main. Elle se taquinait tout en gardant les yeux fixés sur Lucie qui me suçait. Elle a lentement inséré un doigt au fond de sa chatte. Puis elle l’a retiré et m’a souri. Elle savait à quel point j’aimais la goûter. Elle a approché son doigt de mes lèvres et j’ai ouvert la bouche, dévorant sa mouillure avec avidité tandis que Lucie continuait à me prendre profondément dans sa petite bouche chaude.

Blandine a continué à se doigter, alternant entre plonger son doigt au plus profond de sa chatte humide et jouer avec son clito. Elle a gémi et haleté plusieurs fois en regardant Lucie prendre ma queue dans sa bouche. Finalement, je n’en pouvais plus de voir Blandine jouer avec elle-même. Je me suis déplacé un peu sur le lit, je me suis penché et j’ai commencé à lui manger la chatte. Je me suis penché pour lécher sa chatte et taquiner son clito alors qu’elle commençait à gémir très fort maintenant.

Lucie s’est ensuite levée sur le lit et a déplacé mon corps sur le lit pour qu’elle puisse toujours descendre sur moi. Je me suis tordu en essayant de continuer à lécher et goûter Blandine, et elle pouvait voir que c’était une position inconfortable. Finalement, elle s’est mise à genoux et m’a dit de m’allonger sur le dos. Puis elle a abaissé sa chatte humide et dégoulinante sur ma bouche. C’était le paradis. Lucie avalait complètement ma queue maintenant, et Blandine jaillissait dans ma bouche pendant que je baisais sa chatte avec la langue et que je taquinais son clito.

Cela a duré ce qui semblait être des heures, et je ne voulais pas que cela s’arrête. J’ai à peine remarqué l’air frais qui frappait ma queue quand Lucie a arrêté de sucer pendant une minute ou deux. Mais j’étais perdu dans la chatte de Blandine. Je m’en fichais presque. Puis j’ai senti quelque chose de différent. Lucie était en train de rouler un préservatif sur ma queue. Je pouvais à peine supporter ce que je savais être sur le point de se produire. Pendant que je léchais et taquinais Blandine, Lucie a lentement abaissé sa chatte sur ma queue. Je pouvais sentir sa chaleur alors que sa chatte m’engloutissait. Blandine a laissé échapper un halètement et un gémissement très fort lorsque je me suis enfoncé profondément dans Lucie.

La chatte de Lucie était incroyablement humide. Et elle était si serrée que j’ai presque joui immédiatement. Elle s’est assise sur ma queue pendant une minute ou deux pour s’adapter à sa taille dans sa chatte serrée, puis a commencé à rebondir lentement de haut en bas. À ce moment-là, Blandine frottait sa chatte contre mon visage, sa mouille me recouvrant. Elle s’est tendue et a joui en gémissant bruyamment alors que Lucie commençait à me baiser de plus en plus fort. Au moment où Blandine commençait à jouir, Lucie s’est penchée et a commencé à lécher et sucer ses tétons. Cela a fait basculer Blandine dans un orgasme criant et frétillant. C’était incroyable. Je ne sais toujours pas, à ce jour, comment j’ai fait pour ne pas jouir avec elle.

Sur le même sujet  Séance de sexe de l'après-midi

Mais après que ses tremblements se soient calmés, elle a chuchoté : “Hé, hum… Lucie, Mike… ”

“Uh oh, c’est fini”, ai-je pensé.

Lucie a arrêté de me baiser et s’est assise sur ma queue. “Qu’est-ce qui ne va pas, chérie ?” a-t-elle demandé.

“Eh bien, et je sais que cela peut paraître idiot, mais je suis juste très nerveuse à l’idée que mes parents puissent rentrer à la maison. Je sais qu’ils sont partis pour le week-end, mais ça me rend vraiment nerveuse. Pouvons-nous aller ailleurs ?” Elle a demandé, visiblement nerveuse.

“Bien sûr, nous pouvons retourner à mon appartement. Il n’y a personne là-bas. Ou nous pouvons nous arrêter si tu te sens mal à l’aise.” a dit Lucie.

“Oh non, ce n’est pas du tout ça ! J’adorerais retourner dans ton appartement. Cela me rassurerait.” a dit Blandine.

À contrecœur, Lucie s’est détachée de ma queue, et je pouvais voir sa mouillure recouvrir ma queue et tremper mes poils pubiens. Nous avons maladroitement tout nettoyé et rassemblé nos affaires. Nous sommes montées dans la voiture, avec Blandine sur le siège avant et Lucie à l’arrière. Alors que Lucie montait dans la voiture, j’ai de nouveau donné un coup de main à Blandine : “Tu es sûre que tout va bien ?”.

“Absolument. Complètement ok. Plus que bien.” Elle a répondu.

Je suis sorti de l’allée et j’ai pris la route, naviguant dans les rues secondaires et les chemins de traverse pour arriver à la voie rapide. On parlait peu dans la voiture et la tension était perceptible. Enfin, après avoir été sur la voie rapide pendant environ 5 minutes, j’ai entendu un bruit provenant de l’arrière de la voiture. C’était un bourdonnement silencieux. J’ai regardé dans le rétroviseur, en le réglant vers le bas, et j’ai vu Lucie se masturber lentement avec son nouveau vibrateur.

“Oh mon dieu, c’est chaud”. J’ai dit.

“Wow, oui ça l’est.” A ajouté Blandine. “Je peux essayer ?”

Sur ce, Lucie a remis le vibrateur à l’avant tandis qu’elle remplaçait le jouet en plastique avec ses doigts. Je l’ai intercepté et l’ai léché proprement, goûtant la chatte de Lucie avant de remettre le jouet à Blandine. Blandine a commencé à jouer avec le jouet après avoir baissé son short et sa culotte. Elle a d’abord taquiné son clitoris avec, puis elle l’a plongé profondément dans sa chatte, laissant échapper un gémissement animal en le faisant. Après ce qui semblait être des secondes, mais qui était plus probablement des minutes, Lucie a pris la parole : “Je peux l’avoir encore ?”.

De nouveau, alors que le jouet passait devant moi, je l’ai attrapé et l’ai léché proprement, en goûtant cette fois à Blandine. Je l’ai passé à Lucie qui a immédiatement commencé à se baiser fort et profondément avec, en gémissant tout le temps. Cette fois, c’est Blandine qui a commencé à se doigter la chatte, me donnant de temps en temps son humidité sur ses doigts. Puis Lucie est devenue extrêmement silencieuse sur le siège arrière. Soudain, elle a laissé échapper un grognement fort, puis un gémissement, et il était évident que cette belle femme était en train de jouir. Durement.

Quand elle a eu fini, elle a dit “Ton tour” et a tendu le jouet à Blandine. Blandine a recommencé à se baiser. Cette fois, elle cherchait juste à prendre son pied. En baisant sa chatte, elle a joué avec son clito de plus en plus vite jusqu’à ce qu’elle aussi se crispe et laisse échapper un gémissement puissant et vienne fort.

“Uh oh, est-ce que vous avez vraiment besoin de moi ici ?” J’ai demandé.

“Nous venons juste de commencer avec toi”, a dit Blandine. Elles ont toutes les deux rigolé. Je pouvais à peine me concentrer sur la route alors que nous prenions la sortie pour l’appartement de Lucie.

Les filles se sont rassemblées alors que nous approchions de l’immeuble d’habitation de Lucie. Il se trouvait à environ 800 mètres du campus, et près de mes appartements et de ceux de Blandine aussi. La seule différence avec l’appartement de Lucie était qu’il n’y avait pas de colocataires à gérer. Nous avons rassemblé nos affaires et sommes allées dans l’ascenseur du complexe d’appartements pour monter à l’étage. J’étais tellement paranoïaque que la moindre pause dans l’action pouvait amener quelqu’un à avoir des doutes, bien qu’à ce stade, ce dont j’avais été témoin me fournirait du matériel de fantasme pendant des années, quoi qu’il arrive d’autre. Mais en regardant dans les yeux des filles, il est devenu évident qu’aucune d’elles ne ferait demi-tour. Elles avaient toutes les deux l’air si chaudes et excitées, j’étais sûr que la nuit et le week-end allaient être incroyables.

Nous sommes montés à l’appartement et les filles sont entrées. Je leur ai dit que j’allais nous servir un verre et que je les retrouverais dans la chambre. J’ai mélangé trois boissons plutôt appétissantes, juste assez pour entretenir leur buzz mais pas assez pour les rendre trop ivres, et je suis allée dans la chambre de Lucie.

Quand je suis arrivée, les deux filles étaient déjà complètement déshabillées. Lucie et Blandine étaient allongées l’une à côté de l’autre sur le lit, les jambes entrelacées. Dans la main de Lucie se trouvait le vibrateur qu’elle avait acheté plus tôt dans la journée, tandis que Blandine avait un godemiché dans la main. J’ai appris plus tard que Lucie avait le gode qui lui avait été offert comme cadeau de gag, et qu’elle l’utilisait à l’occasion, mais qu’elle en avait vraiment voulu un qui vibrait, d’où notre virée shopping plus tôt dans la journée.

Les deux filles faisaient entrer et sortir leurs jouets de leurs chattes trempées. Elles avaient toutes deux des regards qui montraient qu’elles étaient totalement perdues dans la luxure. Alors que j’écoutais leurs gémissements, que je regardais les jouets disparaître dans leurs chattes mouillées et que l’odeur du sexe emplissait la pièce, je me suis rapidement déshabillée. J’ai rampé jusqu’au bas du lit pour me trouver entre les filles et j’ai lentement pris le vibrateur de Lucie. Quand je l’ai eu en main, j’ai également pris le gode de Blandine.

Lentement, j’ai remis les deux jouets dans les filles. D’abord, j’ai pris le gode que Blandine avait utilisé et je l’ai léché. Elle avait un goût si incroyable, et j’ai utilisé ma bouche pour goûter sa mouillure et pour que le jouet soit beau et prêt pour elle. Puis j’ai fait la même chose avec le vibromasseur de Lucie. Elles gémissaient toutes les deux et jouaient avec leurs clits pendant que je me préparais à les baiser toutes les deux. J’ai fait glisser le gode au-delà des lèvres de la chatte de Blandine et jusqu’au bout dans sa mouille alors qu’elle gémissait à voix haute. Lucie, à ce stade, avait les deux mains qui écartaient sa chatte pour moi alors que je poussais le vibromasseur au-delà de ses lèvres et aussi profondément que possible. Elle aussi a laissé échapper un gémissement guttural. Puis j’ai commencé à faire entrer et sortir les deux filles. Elles respiraient toutes les deux rapidement maintenant et se tenaient l’une l’autre pendant que je les baisais avec les jouets. Lucie s’est approchée et a commencé à jouer avec le téton de Blandine pendant que je faisais entrer et sortir les jouets en plastique dans les deux filles. Elles étaient toutes les deux tellement mouillées que je pouvais entendre les bruits d’écrasement que faisaient les fausses bites lorsque je les pénétrais.

Lorsque Lucie a pris le téton de Blandine dans sa bouche, Blandine a presque poussé un cri. C’était incroyablement chaud. À ce moment-là, alors que les filles jouaient avec les gros seins des autres, j’ai retiré le gode de la chatte de Blandine. Elle s’est presque plainte avant que je ne remplace le gode par ma bouche. Elle a de nouveau gémi. Très fort. En même temps, je continuais à baiser Lucie avec le vibromasseur tout en couvrant mon visage dans la chatte de Blandine. Après avoir descendu Blandine pendant environ cinq minutes, j’ai retiré le vibromasseur de Lucie et l’ai plongé dans Blandine, en léchant maintenant la chatte de Lucie. J’étais tellement excitée que je me sentais étourdie. Les deux filles gémissaient et jouaient avec les seins de l’autre. De temps en temps, elles s’embrassaient, et je ne pouvais presque pas me retenir, bien qu’elles ne soient même pas touchées.

Lorsque les deux filles n’en pouvaient plus, on m’a poussée sur le dos sur le lit. Je ne pense pas avoir jamais été aussi dur de toute ma vie. Encore une fois, on m’a mis un préservatif et Lucie a monté ma queue pendant que Blandine se mettait littéralement à cheval sur ma tête. Alors que je mangeais la chatte savoureuse de Blandine et que je me faisais baiser par la chatte serrée de Lucie, Blandine s’est penchée vers moi.

“Une seule règle, bébé. Tu jouis à l’intérieur de moi. D’accord ? Elle a chuchoté, avec un sourire sur le visage.

Je ne pouvais pas vraiment répondre car elle aurait étouffé tous les mots avec sa chatte, mais elle savait que j’étais d’accord. À ce stade, Lucie se débattait sauvagement sur ma queue. Blandine s’est détachée de mon visage et s’est retournée pour faire face à Lucie, et a de nouveau enfourché ma tête. Avec elle dans cette position, j’ai pu de temps en temps passer ma langue sur son cul et lécher son trou du cul serré. Cela la rendait folle et l’encourageait à se pencher en avant et à jouer avec les seins de Lucie. Les deux filles avaient leurs mains partout l’une sur l’autre alors que j’étais au paradis.

Puis Lucie a recommencé à trembler. Elle a ralenti. Finalement, elle s’est appuyée contre moi, ma queue à fond dans sa boîte dégoulinante. Elle a commencé à faire grincer son clito contre mon os pubien avec ma bite bien enfoncée en elle. Ses gémissements sont devenus plus forts et son corps plus tendu. Blandine s’est penchée en avant et a commencé à lécher ses mamelons et à les mordre doucement. Lucie a finalement perdu la tête. Elle a rejeté sa tête en arrière et a laissé échapper un cri. “Oh mon Dieu, je suis en train de commmmmmmer !” Elle a crié. Finalement, son corps s’est calmé et Blandine lui a dit,

“Wow, c’était vraiment très chaud. À mon tour !”

Sur ce, Blandine et Lucie se sont détachées de moi et ont changé de place. J’étais plus qu’heureux de lécher la chatte nue de Lucie, et j’avais aussi hâte de jouir enfin dans ma copine. Lucie a abaissé sa chatte rasée sur ma bouche et a commencé à chevaucher mon visage. Au même moment, Blandine s’est assise sur ma queue et m’a pénétré à fond. J’espérais que Blandine était aussi proche que moi, car j’avais besoin de me libérer.

Lucie a eu un autre petit orgasme alors qu’elle trempait mon visage, et Blandine a commencé à accélérer le rythme. Sa respiration est devenue plus proche du halètement. Son corps a commencé à rougir. Elle se crispait aussi maintenant. À ce moment-là, Lucie s’est détachée de moi et est passée derrière nous. Blandine battait de haut en bas sur ma queue, et soudain, elle a crié plus fort que je pensais qu’elle ne l’avait jamais fait auparavant. Je pouvais dire qu’elle jouissait. J’ai découvert plus tard que c’était parce que pendant qu’elle me baisait, Lucie avait commencé à taquiner son trou du cul avec sa langue. Quand j’ai senti la langue de Lucie sur mes couilles, je me suis vidé dans Blandine.

Épuisées et en sueur, nous nous sommes toutes effondrées les unes à côté des autres sur le lit. J’étais au milieu, bien sûr.